Feugiat nulla facilisis at vero eros et curt accumsan et iusto odio dignissim qui blandit praesent luptatum zzril.
+ (123) 1800-453-1546
info@example.com

Related Posts

Apport de l’Acupuncture dans le traitement de l’Asthme - Dr Nguyen à Paris

Apport de l’Acupuncture dans le traitement de l’Asthme

medecin15

L’asthme est sans doute devenu le symbole pathologique de notre époque. Sa fréquence a véritablement explosé depuis le début des années 1960 et son traitement représente aujourd’hui un coût mondial supérieur à celui du SIDA ou de la tuberculose. En France, on estime que 6,7% de la population souffrent de cette pathologie chronique, soit 4, 15 millions de personnes. En moyenne 7 personnes décèdent chaque jour en France des suites d’un « état de mal ».


Bien que largement répandue, l’étiologie de cette maladie est encore mal connue. Aussi le discours médical officiel ce caractérise-t-il par une impuissance certaine, n’hésitant pas à affirmer, à l’image de l’Organisation Mondiale de la Santé que « l’asthme ne se guérit pas ». Même si les symptômes de cette infection sont connus, le malade serait ainsi condamné à vivre en sursit, dans l’angoisse de la survenance d’une crise, imprévisible quant à sa fréquence ou quant à son intensité.


L’asthme, maladie réactionnelle des voies respiratoires, est une infection chronique se traduisant par une gêne respiratoire résultant de l’inflammation des bronches, principales voies du passage de l’air dans les poumons. Trois syndromes interviennent lors de la survenue d’une crise d’asthme :

– L’inflammation des voies respiratoires provoque un gonflement de ces dernières et entraine la sécrétion d’un épais mucus, diminuant de fait la quantité d’air inspiré ou expiré.
– Le rétrécissement des voix aériennes est encore accentué par la contraction des muscles les entourant (phénomène de bronchospasme) ;
– Il résulte de ces deux changements physiologiques une augmentation de la sensibilité des voies aériennes aux agressions des agents extérieurs nuisibles.

L’inflammation des voies respiratoires est donc avant tout une réaction d’autodéfense élaborée par l’organisme vis-à-vis d’agents extérieurs particulièrement nuisibles. L’asthme peut être ainsi allergique ou non.
L’asthme allergique représente 60% des cas cliniques. Il s’est largement développé concomitamment aux allergies qui n’ont jamais été aussi nombreuses. Celles-ci consistent en un dérèglement du système immunitaire se défendant contre des substances jusqu’alors anodines et assimilées. Lors d’une rencontre avec ces substances, les cellules immunitaires synthétisent des anticorps de la famille des immunoglobines (IgE). L’allergie apparaitra à l’occasion des expositions ultérieures lorsque les molécules d’IgE se combineront à l’allergène pour sécréter des substances aux propriétés broncho constrictives.
Si l’asthme non-allergique présente les mêmes altérations que le premier, ses causes demeurent plus obscures. Les agents déclencheurs sont d’origines variées (microbienne, virale, parasitaire, exposition subite à une froid intense, reflux gastro-œsophagien…) et se caractériseraient par leurs propriétés irritantes. Il survient le plus souvent à l’âge adulte et peut être induit par certaines « affinités électives ». Il convient de noter, parmi ces dernières, les prédispositions génétiques, les infections ORL, la pollution de l’air extérieur ou intérieur, l’exercice de certaines professions induisant l’exposition régulière à des produits chimiques ou encore la prise d’œstrogènes chez les femmes.
Deux types pathologiques donc et des facteurs variés pour une évolution imprévisible de la maladie. En général l’inflammation bronchique aigüe ne se résorbe pas complètement et entraine donc une inflammation chronique aboutissant à la dégradation des muqueuses bronchiques et donc des capacités respiratoires globales du malade. Si les médicaments allopathiques permettent de réduire assez efficacement le fond inflammatoire dans les cas d’asthme allergique, ils restent peu efficaces dans les autres cas et, quoi qu’il en soit, n’apportent pas de réponse définitive à la maladie. Les crises enfin peuvent survenir à n’importe quel moment et leur dangerosité peut être très variable, laissant trop souvent le malade dépourvu face à l’apparition d’un « état de mal ». La bronchoconstriction et l’engorgement des voix aériennes résultant de la sécrétion des mucus peut alors conduire ce dernier à l‘asphyxie et à la mort.
Du fait de l’impuissance de la médecine occidentale, le traitement de l’asthme s’est affirmé comme un terrain privilégié d’exercice des médecines alternatives. La Médecine Traditionnelle Chinoise participe de ce mouvement et entend proposer au malade une réponse humainement plus digne.

L’asthme en MTC. Etiologie et typologie.

Celle-ci identifie deux formes principales de la pathologie :

-le trouble plénitude-poumon : asthme allergique de l’adulte jeune ;
-le trouble vide énergétique des cinq mouvements : asthme ancien avec corollaires cliniques suivant la forme du déséquilibre énergétique.

L’Asthme externe plénitude-poumon

Il s’agit de l’asthme allergique classique, caractérisé par des crises paroxystiques en rapport avec le contact de l’organisme et d’un allergène pervers.
Cette forme pathologique est induite par un trouble énergétique défensif et un stockage excessif de TINH (énergie fondamentale) au niveau des poumons. L’exposition à un pervers est à l’origine de la gêne respiratoire. Sa pénétration dans l’organisme résultera d’une insuffisance d’énergie YANG-MING entravant la circulation énergétique au niveau des poumons. L’agression génère alors un appel d’énergie défensive OE qui, s’ajoutant au blocage de la circulation, renforce la plénitude du poumon. Cherchant à s’échapper vers le haut, l’énergie provoque la toux et la dyspnée. Les attaques successives de l’énergie perverse entrainent un affaiblissement du TINH de l’organe, favorisant la pénétration directe.

L’Asthme interne vide

La persistance d’un déséquilibre énergétique qui est la manifestation essentielle de l’asthme récent de l’adulte jeune, peut entrainer une pénétration en profondeur de l’énergie perverse attaquant les organes au niveau des mouvements. Suivant les éléments touchés et selon la loi des cinq mouvements, les formes d’asthme seront sensiblement différentes. Quatre manifestations peuvent être relevées :
– Insuffisance du rein YANG. Selon la loi des cinq éléments, le Feu (rein), produit la Terre (rate) qui, elle-même, produit le Métal (poumon). Une insuffisance du premier entraine donc, par syllogisme, une insuffisance du dernier. Celle-ci se manifeste par des troubles respiratoires ainsi que des signes d’insuffisance générale du rein yang froid.
– Asthme vide d’origine splénique. L’asthme vide, associé aux signes de vide de rate et de rein YANG, aura pour symptômes des ballonnements abdominaux ainsi que des selles molles.
– Asthme vide d’origine hépatique. L’asthme vide peut avoir une origine hépatique dans la mesure où le Feu du foie détruira le métal, induisant une insuffisance pulmonaire. On soulignera dans ce cas l’importance des signes psychiques et notamment les dépressions nerveuses accompagnées d’insomnies, les colères ou les anxiétés. Les enfants asthmatiques y sont souvent sujets du fait de la déficience de la fonction toxique du foie.
– Asthme vide d’origine cardiaque. La plénitude cardiaque résultant d’une affection mal soignée peut évoluer vers une insuffisance pulmonaire et, de ce fait, vers un asthme vide. Les dépressions nerveuses, les rougeurs de la face, la soif ou les asthénies en sont symptomatiques.

Quels traitements ? 

Pour ce qui est de l’asthme interne plénitude, le premier soin du médecin sera de calmer la dyspnée et la toux et de faire circuler l’énergie.
Pour disperser le XANG des cinq organes, l’acupuncteur recourt au procédé de NEI KING par les points IU du méridien de la vessie et notamment le point 13 V, point IU du poumon, de préférence en moxa.
Pour calmer la toux, plusieurs points peuvent être traités comme les points DING CHUANG 45 PN, situé à mi-distance en dehors de 14 TM (TA TUI).
Pour dissoudre les glaires, le médecin agira sur les points FONG LONG 40 E, point LO du YANG MING. Faisant pénétrer l’énergie de YANG MING vers la rate, il facilite en effet la circulation des glaires. A ce point, il est possible d’ajouter, entre autres, le 17 JM TRANN TCHRONG, point de réunion de tous les vaisseaux secondaires qui régularise la respiration, le point 12 JM TCHONG IUENN, point MO de l’estomac qui régularise le YANG MING en état de vide, le point 8 P, point KING du méridien du poumon, particulièrement recommandé en cas de toux avec enflure du visage.
Pour traiter un asthme vide d’origine Rate, il convient de pallier le vide de Rein YANG et de tonifier la Rate par action sur les points 13 F et 2 RT pour la tonification.
L’asthme vide d’origine hépatique peut faire l’objet d’une thérapie visant à résoudre le vide de Rein INN IU/MO 23 V/25 VB. La puncture des points 18 V et 2 F assureront respectivement la dispersion du Yang du foie et sa régulation énergétique.
Enfin l’asthme vide d’origine cardiaque sera soigné par une tonification du rein INN IU/MO. Celle-ci passera par la dispersion du cœur grâce aux points 15 V et 7 C.

Le traitement acupunctural de l’asthme repose donc sur une approche énergétique de cette pathologie. Les études médicinales ont permis de prouver le succès de cette approche, en particulier pour le traitement de l’asthme récent de l’adulte jeune. Elles ont pu également confirmer son efficacité dans l’amélioration clinique de l’état général du patient atteint d’asthme ancien.

No Comments
Post a Comment
Name
E-mail
Website

Prendre rendez-vous avec le dr NGUYEN, acupuncteur et médecin esthétique à ParisPRENDRE RENDEZ-VOUS EN LIGNE
ou composer le  :
01 45 25 35 14