Magazine sur la médecine esthétique à Paris - Dr Nguyen

Magazine

Médecine

Esthétique

On pense souvent que la médecine esthétique est nécessairement un domaine superficiel, lié à une obsession de l’apparence, à un culte narcissique du corps et/ou à un refus illusoire de vieillir.

On pense souvent que la médecine esthétique est nécessairement un domaine superficiel, lié à une obsession de l’apparence, à un culte narcissique du corps et/ou à un refus illusoire de vieillir. Cependant, non seulement la médecine esthétique se propose également de traiter de véritables pathologies (cicatrices, éruptions, vergetures…), mais encore s’inscrit-elle dans un rapport étroit entre intérieur et extérieur.

Un médecin esthétique sérieux doit ainsi s’assurer que la demande du patient est cohérente avec l’état psychologique et le parcours de celui-ci. Le médecin qui intervient sur le plan esthétique cherche à le faire dans le respect de la personnalité du patient, à la fois en tâchant de comprendre ses désirs et de les remettre en perspective.

Pour le médecin, il s’agit certes de prendre en compte le besoin des patients qui désirent travailler leur apparence pour gagner en prestance professionnelle ou en confiance en eux. Mais il est plus important encore d’être attentif à l’équilibre global entre aspect esthétique, état de santé physiologique et état psychique : un patient qui se porte bien physiologiquement et psychologiquement rayonnera déjà d’une beauté naturelle (éclat de la peau, des cheveux, des yeux, timbre de la voix, aisance de la posture…) qui requiert alors que le médecin soit très mesuré dans les interventions esthétiques.

Il y a donc une médecine esthétique qui, fidèle à la médecine chinoise traditionnelle, se pratique en association avec le reste de l’approche médicale. Le médecin envisage la santé du patient au sens le plus complet : des organes, de l’enveloppe du corps, de la psyché. Ainsi les interventions esthétiques, loin d’être réduites à des cache-misère, sont-elles conçues comme le prolongement le plus visible d’un entretien global du terrain du patient.

Dans cette conception, la beauté retrouve son plus noble statut, celui d’expression de la beauté intérieure, sans pour autant que soit exclus ses effets plus pragmatiques (dans la communication, le monde professionnel, le domaine sentimental…). C’est notamment pour remettre en question la réputation de superficialité ou de superfluité de la médecine esthétique que je souhaite mettre ici à disposition des articles que j’ai rédigée sur ces sujets, par exemple sur le rapport entretenu par les Français avec la médecine esthétique ou encore sur le rapport plus spécifique des hommes à leur beauté.

Dr. Nguyen Phuong-Vinh.

Open chat
Bonjour,
Pouvons nous vous aider ?