La médecine esthétique pour les hommes à Paris - Dr Nguyen

MEDECINE ESTHETIQUE

Les hommes et la médecine esthétique (III) :
Dans la peau des hommes.

La médecine esthétique pour les hommes à Paris - Dr Vinh Nguyen

Ce qui contribue à attirer aujourd’hui les hommes de plus en plus nombreux dans les cabinets de médecine esthétique, c’est notamment le fait que ce secteur s’est progressivement adapté aux spécificités des patients masculins. Pour qu’un traitement esthétique soit efficace, il est en effet capital que le praticien soit bien formé aux spécificités de la physiologie, de la morphologie et de la peau du patient homme. Les processus de vieillissement, notamment, diffèrent entre l’homme et la femme[1], ce qui implique des objectifs anti-âge assez distincts.

Spécificités de la peau

Les différences physiques entre l’homme et la femme, appelées « dimorphisme sexuel », en particulier entre le visage et la peau masculine/féminine, sont bien documentées scientifiquement, mais sont rarement rapportées au domaine de la médecine esthétique[2].

  • Tout d’abord, l’homme a une bien plus grande quantité d’androgènes, ce qui a notamment pour conséquence une peau nettement plus épaisse, quel que soit l’âge[3]. Le derme masculin est ainsi de 10% plus épais que chez les femmes[4] et l’épiderme est plus épais d’environ 20%.
  • La testostérone va aussi favoriser une densité de collagène plus importante chez l’homme ; en outre, la diminution du collagène est régulière chez l’homme alors qu’elle survient brutalement chez la femme à la ménopause. Cela explique que la peau masculine vieillisse moins vite. Si après 40 ans le taux de testostérone chute en moyenne de 1 à 2% par an[5], certains auteurs estiment que 80% des hommes de 60 ans ont encore un taux normal de testostérone[6].
  • Les androgènes ont également une influence sur la sécrétion des glandes sébacées, qui est plus importante chez l’homme (la peau est donc plus grasse) que chez la femme et contribuerait au fait que les pores de la peau masculine sont plus larges. Les glandes sébacées sont de toute façon plus nombreuses et plus larges chez l’homme[7]. Ce sont aussi les androgènes qui transforment des poils petits, incolores et duveteux en poils terminaux, épais et colorés.
  • La microflore aérobie est plus abondante et plus variée chez les hommes[8] que chez les femmes, d’où la fréquence de la folliculite (infection de l’appareil pilo-sébacé) de la barbe et de l’acné.
  • La vascularité du visage est plus développée chez les hommes et ce pourrait être dû à l’importance de la pilosité ; cela favoriserait les complexions plus rouges et l’éclatement des petits vaisseaux sanguins, qui complexent parfois les hommes vieillissants[9].
  • Le film hydrolipidique est plus épais chez l’homme (et le ph plus bas, 4,5 versus 5,3 pour la femme), ce qui limite la déshydratation et protège mieux contre les agressions extérieures[10]. En revanche, la peau masculine, en lien avec le taux d’androgènes, cicatriserait moins bien[11].

 

  • Contactez-nous au 01 45 25 35 14
  • Écrivez-nous
  • 224 Avenue du Maine Paris, 14ème

Spécificités de la structure du visage

Outre ces différences qui concernent la peau des hommes, c’est aussi la structure du visage masculin qui diffère sensiblement de celui de la femme. Les hommes ont ainsi un front plus large, avec des arêtes supraorbitales proéminentes[12]. La glabelle (zone comprise entre les deux sourcils) est également plus étendue[13], les orbites sont plus carrés et la mâchoire inférieure plus protubérante.

D’une façon générale, les hommes ont une masse musculaire plus importante[14], y compris pour ce qui est des muscles faciaux de l’expression[15]. Comme la couche de graisse sous-cutanée est plus mince chez les hommes, cela signifie qu’avec l’âge et la fonte musculaire, les rides d’expression seront plus profondes chez l’homme. Les ridules également sont plus marquées[16], excepté dans la zone autour de la bouche[17].

Spécificités de mode de vie

Enfin, même si de plus en plus d’hommes utilisent des cosmétiques (crème hydratante, baume à lèvre, crème pour les mains, après-rasage) au quotidien ou ponctuellement (masques, gommages, anticernes, huile pour la barbe), plus rares sont ceux qui cherchent vraiment des produits correspondant à leur peau et qui respectent une vraie régularité dans leur routine de soins. Pourtant, la peau des hommes est soumise à des problèmes et agressions spécifiques. En particulier, les hommes se rasent (même ceux qui portent la barbe rasent certaines zones des joues), ce qui met à l’épreuve leur peau[18], en abîmant le film hydrolipidique et augmentant le risque de poils incarnés, de folliculites, de brûlures et de réactions cutanées[19].

Si donc la peau masculine vieillit plus tardivement que la peau féminine et semble résister davantage aux agressions extérieures, en réalité, elle est plus fragile qu’on ne l’imagine. En outre, son vieillissement, lorsqu’il survient, est plus marqué (les rides plus creusées) que chez la femme. Il est alors capital que le praticien soit formé à toutes ces spécificités et puisse y appliquer un protocole adapté. La médecine esthétique est en effet de plus en plus consciente, ces dernières années, de la nécessité de traiter de manière spécifique les patients masculins, par exemple en pratiquant des injections d’acide hyaluronique différenciées, orientées pour valoriser au mieux la morphologie masculine.

Dr. Vinh Nguyen

Médecine esthétique à Paris.

[1] Dr. Keaney, “The Increasing Needs of the Male Aesthetic Patient”, Dermatologist, Volume 21 – Issue 8 – August 2013.

[2] Giacomoni PU, Mammone T, Teri M. “Gender-linked differences in human skin”. J Dermatol Sci. 2009;55(3):144-149.

[3] Shuster S, Black M, McVitie E. “The influence of age and sex on skin thickness, skin collagen and density”. Br J Dermatol. 1975;93(6):639–643.

[4] Charlotte de Goursac, « La médecine esthétique au masculin », AFME, 20 juillet 2012, https://www.afme.org/anti-age/autres-themes-en-anti-aging/lesthetique-au-masculin/

[5]Harman SM, Metter EJ, Tobin JD, Pearson J, Blackman MR. Balitimore, “Longitudinal Study of Aging. Longitudinal effects of aging on serum total and free testosterone levels in healthy men. Balitimore Longitudinal Study of Aging.” J Clin Endocrinol Metab. 2001;86:724–731

[6] Nardozza Júnior A., Age-related testosterone decline in a Brazilian cohort of healthy military men”, Int Braz J Urol. 2011 Sep-Oct;37(5) : 591-7.

[7] Charlotte de Goursac, « La médecine esthétique au masculin », AFME, 20 juillet 2012, https://www.afme.org/anti-age/autres-themes-en-anti-aging/lesthetique-au-masculin/

[8] Emeline Amartin, La flore cutanée normale, Thèse de pharmacie, Université de Lille, 25 octobre 2016, p. 28.

[9] G. Moretti, RA. Ellis, H. Mescon, “Vascular patterns in the skin of the face”, J Invest Dermatol, 1959, 33, p. 103–112.

[10] S. Rahrovan, MD, MPH, F. Fanian, MD, PhD, P. Mehryan, MD, P. Humbert, MD, PhD, and A. Firooz, MDa, “Male versus female skin: What dermatologists and cosmeticians should know”, Int J Womens Dermatol. Septembre 2018, 4(3), p. 122–130.

[11] Desiree May Oh et Tania J. Phillips, “Sex Hormones and Wound Healing”, Wounds, 2006;18(1), p. 8-18 ; S. Fimmel, C. C. Zouboulis, “Influence of physiological androgen levels on wound healing and immune status in men”, Aging Male, Sep-Dec 2005;8(3-4), p. 166-74.

[12] Garvin HM, Ruff CB. “Sexual dimorphism in skeletal browridge and chin morphologies determined using a new quantitative method., Am J Phys Anthropol. 2012;147(4):661-670.

[13] Russell MD.  “The supraorbital torus: a most remarkable peculiarity”, Curr Anthropol. 1985;26(3):337–360.

[14] Janssen I, Hemsfield S, Wang Z, Ross R. “Skeletal muscle mass and distribution in 468 men and women aged 18–88 years”. J Appl Physiol. 2000;89(1):81–88.

[15] Weeden JC, Trotman CA, Faraway JJ. “Three dimensional analysis of facial movement in normal adults: influence of sex and facial shape”. Angle Orthod. 2001;71(2):132-140.

[16] Tsukahara K, Hotta M, Osanai O, Kawada H, Kitahara Takema Y. “Gender-dependent differences in degree of facial wrinkles”. Skin Res Technol. 2013;19(1):e65-e71.

[17] Paes EC, Teepen HJ, Koop WA, Kon M. “Perioral wrinkles: histologic differences between men and women”. Aesthet Surg J. 2009;29(6):467-472.

[18] « LA MÉDECINE ESTHÉTIQUE ET LES HOMMES », Estetikaparis, https://www.estetikaparis.com/non-classe/medecine-esthetique-hommes-boulogne-92/

[19] “Understanding Men in the Aesthetic Market”, https://iapam.com/understanding-men-in-the-aesthetic-market.html

Open chat
Bonjour,
Pouvons nous vous aider ?