Feugiat nulla facilisis at vero eros et curt accumsan et iusto odio dignissim qui blandit praesent luptatum zzril.
+ (123) 1800-453-1546
info@example.com

Related Posts

Apport de l’Acupuncture dans le traitement de l’Hypertension Artérielle - Dr Nguyen à Paris

Apport de l’Acupuncture dans le traitement de l’Hypertension Artérielle

ntimement corrélée au vieillissement de la population, l’hypertension artérielle est appelée à devenir, dans les pays occidentaux, un des maux du monde les mieux partagés. En France on estime que 30% de la population adulte y sera sujette d’ici 2025. 

Contrairement à une idée communément répandue l’hypertension artérielle n’est pas une maladie mais un symptôme physiologique. La pression artérielle est en effet une mesure prise lors de la contraction du ventricule gauche du cœur qui projette le sang dans les artères. Le sang exerce lors de sa perfusion à l’ensemble de l’organisme, une pression sur les parois artérielles, pression systolique ou pression maximale mesurée lorsque le cœur est contracté ; pression diastolique, lorsqu’il est au repos. La pression artérielle est le rapport entre ces deux mesures.

Un patient est sujet hypertension dès lors que la pression systolique s’avère lors de trois mesures consécutives, supérieure à 140 millimètres de mercures et la pression diastolique à 90 millimètres. Trois grades peuvent être établis dans ce déséquilibre :

Grade 1 : pression systolique comprise entre 140 et 159 mm Hg, pression diastolique entre 90 et 99 mm Hg

Grade 2 : pression systolique comprise entre 160 et 159 mm Hg, pression diastolique entre 100 et 109 mm Hg

Grade 3 : pression systolique supérieure à 160 mm Hg, pression diastolique supérieure à 110 mm Hg.

Ce déséquilibre entraine chez le patient des modifications physiologiques. Il pourra aboutir à un épaississement des artères, rigidifiées ou dilatées selon les régions. Cet excès de rigidité aura alors comme conséquence une dégradation de la perfusion des organes irrigués par les artères touchées.

Le degré de gravité sera cependant fonction de la présence concomitante de facteurs de risques supplémentaires comme le tabagisme, ou le diabète et varie selon le sexe et l’âge. Les hommes de plus de 60 ans sont ainsi plus exposés à ce symptôme. Il variera également selon le pedigree médical du patient, les risques étant plus élevées chez les sujets souffrant d’insuffisance cardiaque ou d’hémorragie cérébrale.

L’hypertension artérielle est de deux types :

-hypertension essentielle: liée au vieillissement, aux règles d’hygiène et de vie, à l’hérédité.
-hypertension secondaire: liée aux excès d’hormones secrétées par les glandes surrénales, ou aux maladies rénales.

Les principaux risques associés à l’hypertension artérielle sont les accidents cardio-vasculaires, AVC et infarctus du myocarde, mais aussi insuffisance rénale voire la démence.

Si l’hypertension artérielle se soigne relativement bien, elle est traitée dans la médecine occidentale par le recours massif aux cocktails médicamenteux qui, s’ils sont efficaces, se cantonnent au traitement des symptômes mais non à l’étiologie de l’hypertension. La médecine traditionnelle chinoise entend pallier ce déficit.

Comme la médecine occidentale, la médecine traditionnelle chinoise ne reconnait pas l’hypertension artérielle comme une maladie. Elle établit un ensemble de symptômes ou de syndromes corroborant cette pathologie. Les céphalées toutong, les montées du Feu du foie, l’excès de Yang du foie, le Vent du foie, l’accumulation d’Humidité ou de glaires en sont les principaux. Nous vous en proposons une étude pour ensuite considérer les principes thérapeutiques qui peuvent y être associés.

Hypertension artérielle liée au Feu du foie

Celle-ci résulte essentiellement d’une stagnation d’énergie Qi se transformant en Feu et remontant à contrecourant via le méridien du foie. Elle se manifeste le plus couramment par des vertiges, des bourdonnements, la présence d’un goût amer dans la bouche, des injections de sang dans les yeux, des oppressions de la poitrine ou une plus grande irritabilité. L’acupuncteur, orienté par ces symptômes, aura soin de détendre le foie, de purger le Feu et de rafraichir le Sang. Il pourra, pour ce faire, agir sur les points de dispersion VB 20, F3, ou à l’association F2, VB 44, C 7 et F13 ou recourir à une saignée de TR1 et de MC 9.

Hypertension associée à un excès de Yang du foie.

Elle résulte d’une dysharmonie Yang-yin, favorisant la stagnation haute du Yang du foie. Ce type d’hypertension est favorisé voire aggravé par la tendance du patient au surmenage, une mauvaise alimentation voire, pour les femmes, par la ménopause. Les signes orientant le médecin dans ce sens sont assez similaires à ceux décrits auparavant. L’objet du thérapeute sera alors de calmer le foie, d’enraciner le Yang et, inversement, de développer le Yin afin de rétablir l’équilibre énergétique. Il procédera notamment, pour l’expulsion, par puncture des points VB 20, V 18, GI 11 ou E 36, pour la tonification par puncture de R3 et pourra recourir à la saignée de F 3, TR 1 et du MC 9.

Une hypertension de ce type pouvant augmenter le risque d’infarctus du myocarde, d’hypertension intracrânienne ainsi que l’exposition à la maladie de Basedow ou aux lombalgies chroniques, il est fondamental de la prendre rapidement en charge.

Dysfonctionnement du système hépatique résultant d’une accumulation d’humidité et de sécrétions de glaires.

Elle est associée à une accumulation d’énergie de type Chaleur/Humidité au niveau de la vésicule biliaire.

Les facteurs climatiques mais aussi certaines habitudes alimentaires non diététiques prédisposent au développement de cette sorte d’hypertension. Elle est souvent révélée par un sentiment de lassitude, une lourdeur du corps, des tendances fébriles avec alternance chaud-froid, des vomissements fréquents avec bouche amère, une miction foncée et rouge.

Pour calmer la chaleur et rétablir le fonctionnement harmonieux du système hépatique, le médecin pourra agir sur les points V 18, VB 24, F 14, F 5, F 1, E 28, MC 6, E 40, RP 9.

Hypertension avec agitation interne du Vent du foie.

Trois situations permettent de diagnostiquer ce syndrome:

– Le Yang du foie se transforme en Vent, pervers ayant tendance à monter en entrainant les glaires vers le haut et bloquant les orifices supérieurs

– Le Vide de Yin ou du Sang du foie entraine Sécheresse et Vent interne

– La Chaleur extrême génère du Vent.

Lors de l’établissement de son diagnostic, l’acupuncteur est mis sur la voie par la présence de tremblements des membres inférieurs et supérieurs du corps, d’anomalies corporelles, de troubles de la parole, de bourdonnements d’oreille.

Ces signes sont accompagnés le plus souvent des symptômes d’une atteinte du Yang. Parmi ces derniers, les vertiges, céphalées, dysphagies, rougeur et raideur de la langue sont les plus significatifs..

Le principe thérapeutique associé consiste à enrichir le Yin, enraciner le Yang, calmer le Feu, éteindre le Vent, faire descendre ce dernier et rouvrir les orifices, nourrir les méridiens, renforcer l’Eau.

En cas de transformation du Yang en Vent, pour calmer le foie et arrêter le Feu, l’acupuncteur se concentrera sur les points F 2, F 3, F 6, V 18, VG 20, VB 20. Pour les rouvrir les orifices : VG 26 ou saignée des douze points Puits (Jing).

En cas de transformation de la Chaleur extrême en Vent il s’agira de rafraichir la chaleur et d’éteindre le Vent par puncture des points P 11, G 11, P 10 et F 2 ainsi que des douze points puits.

En cas de déficience du Sang du foie, il conviendra d’agir sur RP 10, RP 6, V 17, E 36.

Particulièrement agressive, cette hypertension peut entrainer hémiplégie, AVC, syndrome extrapyramidal, syndrome de compression tumorale ou démence sénile.

Hypertension et insuffisance du Yin

Le cas le plus répandu est celui d’un déficit d’énergie de type Yin du foie et du rein qui nécessite une tonification. L’attaque par la chaleur perverse ou les maladies chroniques peuvent renforcer ce phénomène quand il n’est pas accompagné. Il est facilement décelable par la présence de courbatures, faiblesses lombaires, ainsi que par l’observation chez le patient des symptômes physiologiques associés au feu. Il s’agira là encore de reconstituer le Yin du foie et des reins en recourant aux points VG 23, VB 2, TR 17, PN 5, C 7, R 1, R 2, V 18 et V 23 pour reconstituer les liquides du foie et du rein.

Nous noterons qu’une hypertension-déficience de Yin prédispose à l’apparition de syndromes d’immunodéficience, de diabète voire de tuberculose.

Hypertension et déficience du Yin et Yang. 

Il s’agit d’un double Vide des reins, vide de Yin et vide de Yang, dont résulte un déséquilibre énergétique des viscères et méridiens, du sang, des liquides organiques et de la moelle. Ce type de pathologie se révèle souvent par la présence de phénomènes psycho-physiologiques. L’acupuncteur cherchera à régulariser et reconstituer la tonification par la puncture:
– Pour le yin des reins, de V 52, V 23, R 3, R 2, R 6, R 10, R 16, VC 4
– Pour le yang des reins, de VG 4, VG 3, VC 3, VC 4, VC6, E 36 en moxa pour le Qi du sang.
– Pour rétablir le Réchauffeur intérieur: V 28 en tonification et F8 en dispersion pour lever l’obstruction du méridien qui passe par le bas ventre.

Ce type d’hypertension peut favoriser l’insuffisance rénale, le dysfonctionnement du système lymphatique, les emphysèmes.

L’acupuncture propose une approche énergétique traditionnelle de l’hypertension qu’elle entend traiter dans une perspective étiologique. Elle intègre le patient dans sa totalité, abordant aussi bien les signes psychiques, fonctionnels et organiques. Elle entend, là encore, satisfaire les exigences d’une médecine globale.

No Comments
Post a Comment
Name
E-mail
Website

Prendre rendez-vous avec le dr NGUYEN, acupuncteur et médecin esthétique à ParisPRENDRE RENDEZ-VOUS EN LIGNE
ou composer le  :
01 45 25 35 14