Feugiat nulla facilisis at vero eros et curt accumsan et iusto odio dignissim qui blandit praesent luptatum zzril.
+ (123) 1800-453-1546
info@example.com

Related Posts

Title Image

Le blog du Cabinet

Home  /  Le blog du Cabinet (Page 4)

Les thérapies complémentaires en accompagnement du traitement du cancer Une approche complémentaire du traitement du cancer A un stade de perturbation aussi grave que le développement d’un cancer, la médecine complémentaire, tout en poursuivant son travail de remodelage du terrain, se contente d’accompagner le traitement de la tumeur : elle vise à améliorer l’état général et à diminuer les effets secondaires du traitement anti-cancéreux – nausées, douleurs articulaires, fatigue, céphalées…etc. Le Plan Cancer (2003-2007), qui a permis de développer partout en France les soins dits « de support », définit ainsi l’objectif de ces soins : « assurer un accompagnement global de la personne, au-delà des protocoles

Symbole physique d’un âge de la vie, « rite initiatique » obligé dans le passage de l’enfance à la maturité, l’acné est le cauchemar, la hantise des adolescents. Disgracieuse, douloureuse, elle est d’autant plus cruelle qu’elle frappe sa victime au moment même où celle-ci cherche à s’affirmer. N’est-ce-pas alors en effet que s’affirme tant bien que mal la conscience du genre et la conscience du monde ? Elle frappe à la puberté alors que le jeune sujet fait pour la première fois l’expérience du doute méthodique et du jeu des parades. Elle ajoute à l’émoi intérieur la faiblesse extérieure d’une lésion

La rosacée, également appelée couperose, est une maladie chronique inflammatoire de la peau du visage caractérisée par l’apparition de rougeurs et, dans les stades plus avancés, de papules et de pustules pouvant aboutir, dans les cas pathologiques extrêmes, au développement des rhynophymas défigurants.  Parce qu’elle touche le siège de l’individualité et l’interface corporelle des rapports sociaux, à savoir le visage, la rosacée est une maladie particulièrement gênante qu’il convient de traiter rapidement. Jusqu’à une période récente, la médecine occidentale s’est trouvée démunie face à cette maladie. Ses causes en étaient mal connues, problèmes vasculaires ou expositions bactériennes, mais souvent associées, dans l’esprit collectif,

ntimement corrélée au vieillissement de la population, l’hypertension artérielle est appelée à devenir, dans les pays occidentaux, un des maux du monde les mieux partagés. En France on estime que 30% de la population adulte y sera sujette d’ici 2025.  Contrairement à une idée communément répandue l’hypertension artérielle n’est pas une maladie mais un symptôme physiologique. La pression artérielle est en effet une mesure prise lors de la contraction du ventricule gauche du cœur qui projette le sang dans les artères. Le sang exerce lors de sa perfusion à l’ensemble de l’organisme, une pression sur les parois artérielles, pression systolique ou pression

Qu’est-ce que la douleur dans la médecine occidentale classique ?  Parce qu’il n’y a aucun moyen objectif de mesurer la douleur, celui qui la ressent l’éprouve comme une sensation extrêmement personnelle, qu’il peut tout au plus essayer de traduire par des mots mais qui ne sera de toute façon jamais expérimentée de la même façon d’une personne à une autre. Et parce que parfois aucune pathologie n’a pu être mise en lien avec leur douleur, certaines personnes se résignent à souffrir comme si elles se trouvaient face à une fatalité un peu mystérieuse. Pourtant, il existe des moyens efficaces d’analyser la douleur

Acupuncteur L’Acupuncture repose sur le concept de flux d’énergie. Selon les médecins chinois, la bonne circulation du Qi assure santé et équilibre.Or, le corps est sujet aux maladies lorsque se produit un «déséquilibre» de ces forces vitales car il se crée ainsi comme des «bouchons», avec en effet des vides, des ralentissements énergétiques ou encore des trop-pleins sur ces réseaux énergétiques que l’on appelle méridiens et qui sont bien les véritables réseaux routiers de l’organisme… Et ce déséquilibre nous est alors perceptible par différents symptômes : douleurs au ventre, migraines, stress, contractures musculaires, éternuements en salves, insomnies…Mais l’équilibre des forces vitales

La constipation est un mal commun désignant la difficile évacuation des selles à l’issue du processus de digestion. Plus fréquent chez les femmes que chez les hommes, le risque de constipation s’accroit avec l’âge mais touche aussi très souvent les jeunes enfants. La médecine occidentale distingue généralement entre deux types de constipation : -       Constipation de transit : les selles stagnent trop longtemps dans le colon. -       Constipation terminale : les selles restent bloquées au niveau du rectum. La constipation résulte d’un disfonctionnement du tube digestif dont les contractions, ou péristaltisme, sont ralenties et empêchent donc la bonne évacuation. Ce ralentissement est le plus souvent fonctionnel et résulterait d’un mauvais régime alimentaire ou de facteurs physio-psychologiques liés

La médecine traditionnelle chinoise se caractérise par son approche énergétique des maux de l’organisme dont elle cherche à résoudre les syndromes profonds. La médecine occidentale, face aux lombosciatalgies, ne propose le plus souvent qu’une réponse symptomatique basée sur les antalgiques et les anti-inflammatoires. Trop souvent, elle délaisse de cette manière les causes mêmes de ces douleurs. Nous envisagerons dans les lignes qui suivront, les principes énergétiques de la sciatique. Si 80% de ces dernières sont directement en rapport avec un conflit disco-radiculaire, d’autres étiologies peuvent néanmoins être relevées : sciatiques néoplasiques, inter-apophysaires, cordonales postérieures, rhumatismales ou pelvispondylites notamment. Les lombosciatalgies dont

Le visage, fenêtre de la psyché, mobilise pour afficher nos émotions environ une trentaine de muscles peaussiers constamment sollicités et capables de composer plusieurs milliers de mimiques différentes. Rien d’étonnant, alors, à ce que ces muscles peaussiers en viennent dès avant 30 ans à se fatiguer, à se relâcher, entraînant par conséquent l’affaissement du délicat tissu de la peau de notre visage, auquel ces muscles sont directement attachés. Lorsque par ailleurs l’un des muscles se crispe et que son antagoniste se relâche, un pli s’imprime dans la peau et la creuse peu à peu : la ride. Alors que l’espérance de

Infection hivernale touchant essentiellement les sujets masculins d’âge mûr, la bronchite chronique est une maladie qui, du fait de ses complications éventuelles, pulmonaires ou cardiaques, nécessite un suivi particulier.  Une bronchite est dite chronique dès lors qu’elle touche régulièrement un même patient sur une durée de plusieurs mois depuis au moins deux ou trois années consécutives. Elle trouve sa source principale dans la consommation excessive de tabac mais est aussi largement influencée par le pedigree médical du malade et certains facteurs environnementaux comme la pollution atmosphérique. Elle se traduit essentiellement par des crises de toux accompagnées d’intenses sécrétions de mucosité pouvant engendrer

Prendre rendez-vous avec le dr NGUYEN, acupuncteur et médecin esthétique à ParisPRENDRE RENDEZ-VOUS EN LIGNE
ou composer le  :
01 45 25 35 14